Benjamin Carrot [le becs75]

Projets Pour Le Monde : « L’inévitable rébellion »
« Projets

« L’inévitable rébellion »


Du samedi 16 avril au lundi 18 avril 2022, les militants d’Extinction Rebellion bloquaient les rues du quartier Strasbourg Saint-Denis à Paris. Cette action de désobéissance civile avait pour objectif de dénoncer l’inaction climatique de nos dirigeants. La quasi absence de l’écologie dans les débats de l’élection présidentielle 2022 était aussi une des raisons de leur présence dans les rues de ce quartier du 10ème arrondissement parisien.

Un reportage pour Le Monde publié le 19 avril 2022 dans le journal et à retrouver sur le web :

« Voter ne suffit plus. » A Paris, Extinction Rebellion se lance dans une action massive de désobéissance civile
Par Audrey Garric

Les militants bloquent le boulevard Saint-Denis à quelques mètres de la porte Saint-Denis.

Les militants bloquent le boulevard Saint-Denis à quelques mètres de la porte Saint-Denis.

Publication dans le journal Le Monde le 19 avril 2022

Publication dans le journal Le Monde le 19 avril 2022

Sur le boulevard de bonne nouvelle des militants mettent en place des barricades en paille.

Sur le boulevard de bonne nouvelle des militants mettent en place des barricades en paille.

Une forte présence policière entoure le quartier et les manifestants en première ligne.
Sur le boulevard de Bonne Nouvelle les CRS sont très proche des militants.

Une forte présence policière entoure le quartier et les manifestants en première ligne.
Sur le boulevard de Bonne Nouvelle les CRS sont très proche des militants.

Dans la rue de du faubourg Saint-Denis les militants chantent et jouent de la musique.

Dans la rue de du faubourg Saint-Denis les militants chantent et jouent de la musique.

Tanguy Fardet est physicien et militant de scientifiques en rebellion.

Tanguy Fardet est physicien et militant de scientifiques en rebellion.

Pour retarder une éventuelle intervention des forces de l’ordre des militants se suspendent en hauteur
sur une installation qu’ils appellent « tripode ».

Pour retarder une éventuelle intervention des forces de l’ordre des militants se suspendent en hauteur
sur une installation qu’ils appellent « tripode ».

Deux personnes venue bloquées le quartier, se reposent dans un hamac au milieu des passants du boulevard Saint-Denis.

Deux personnes venue bloquées le quartier, se reposent dans un hamac au milieu des passants du boulevard Saint-Denis.

Les forces de l’ordre ont quitté les lieux en début d’après-midi. Des militants se chargent donc de gérer la circulation.

Les forces de l’ordre ont quitté les lieux en début d’après-midi. Des militants se chargent donc de gérer la circulation.

Dans la nuit, des manifestants non militants pour Extinction Rebellion ont mis le feu à des vélos et des trottinettes en libre service dans la rue d'Aboukir.
Suite à cela, la tension est montée d'un cran avec les membres d'Extinction Rebellion qui souhaitent rester non violent. L'ambiance c'est calmée après l'intervention des pompiers.

Dans la nuit, des manifestants non militants pour Extinction Rebellion ont mis le feu à des vélos et des trottinettes en libre service dans la rue d'Aboukir.
Suite à cela, la tension est montée d'un cran avec les membres d'Extinction Rebellion qui souhaitent rester non violent. L'ambiance c'est calmée après l'intervention des pompiers.

L’occupation continue pendant la nuit.

L’occupation continue pendant la nuit.

En ce dimanche de pâque ensoleillé, les rues bloquées du quartier de Strasbourg Saint-Denis ressemblent à un village. Comme dans le rêve d’une société plus juste et écologiste, les militants ont belle et bien investi ces rues devenues piétonnes. Tout au long de l’après-midi, une atmosphère joyeuse et militante règne. L’occupation est animée par la batucada, les tables rondes et l’assemblée populaire.


C’est cette même assemblée qui donne son avis favorable à un groupe de militants souhaitant bloquer le Mcdonald’s et le KFC du boulevard Saint-Denis. Cette nouvelle action de désobéissance civile qui a commencé à 18 heures, s’est déroulée dans le calme et pacifiquement. Rejoint par la batucada et d’autres militants d’Extinction Rebellion, l’ambiance est devenue festive, on danse au rythme des tambours et des caisses claires. C’est dans cette euphorie que spontanément une envie de bloquer le boulevard Sébastopol prit les manifestants. Alors, ils avancèrent simplement les barrières et trente minutes de blocage auront suffi à déstabiliser ce grand axe de la circulation parisienne. C’est à l’apparition des forces de l’ordre que les militants décidèrent de reculer dans la zone initiale du blocage. Le préfet de Paris aurait interdi toute intervention dans cette zone.

Un militant d’Extinction Rebellion

Un militant d’Extinction Rebellion

Les Red Rebbels d’Extinction Rebellion sont venus défiler

Les Red Rebbels d’Extinction Rebellion sont venus défiler

Ce dimanche, l’assemblée populaire organisée par des militants d’Extinction Rebellion donne son avis favorable à
un groupe de militants souhaitant bloquer le Mcdonald’s et le KFC du boulevard Saint-Denis.

Ce dimanche, l’assemblée populaire organisée par des militants d’Extinction Rebellion donne son avis favorable à
un groupe de militants souhaitant bloquer le Mcdonald’s et le KFC du boulevard Saint-Denis.

Un groupe de militants d’Extinction Rebellion bloquent l’entrée du Mcdonald’s donnant sur le boulevard Sébastopol.

Un groupe de militants d’Extinction Rebellion bloquent l’entrée du Mcdonald’s donnant sur le boulevard Sébastopol.

Une employée du KFC reste à l’intérieur du restaurant bloqué.

Une employée du KFC reste à l’intérieur du restaurant bloqué.

Devant le McDonald’s fermé l’ambiance est à la fête grâce à une batucada venue jouer dans la rue.

Devant le McDonald’s fermé l’ambiance est à la fête grâce à une batucada venue jouer dans la rue.

Une batucada s’est déplacée sur le boulevard entre les deux restaurants. L’ambiance est à la fête.

Une batucada s’est déplacée sur le boulevard entre les deux restaurants. L’ambiance est à la fête.

Dans l’euphorie créée par la batucada, les militants décident spontanément de bloquer le boulevard Sébastopol

Dans l’euphorie créée par la batucada, les militants décident spontanément de bloquer le boulevard Sébastopol

Il y avait un brin de nostalgie ce lundi chez les militants d’Extinction Rebellion. Au milieu des dernières tables rondes et assemblées populaires, ils pliaient bagages. Ces derniers devaient partir avant 22 heures s’ils ne voulaient pas que les forces de l’ordre interviennent. Alors, la paille et le matériel de blocage de ce mouvement qui prône la non-violence furent remplacés par des barricades faites de matériel de chantier et de poubelles. En effet, la nuit tombée après le dernier concert, une petite partie des militants d’Extinction Rebellion, des gilets jaunes et des nouveaux manifestants plus radicaux restèrent sur place pour tenter de créer une « convergence des luttes ». Ils étaient peu nombreux et il sera difficile de garder toute la nuit cet espace devenu si grand.

Un militant fait une sieste sur ce qu’il reste des mottes de paille.

Un militant fait une sieste sur ce qu’il reste des mottes de paille.

Une banderole des gilets jaunes a fait son apparition sur la barricade du boulevard Saint-Denis.

Une banderole des gilets jaunes a fait son apparition sur la barricade du boulevard Saint-Denis.

Portrait de « Colibri29 » une militante d’Extinction Rebellion.

Portrait de « Colibri29 » une militante d’Extinction Rebellion.

De nouvelles barricades ont été installées dans la rue Saint-Denis. On peut y lire « Fin occupation XR ce soir mais suite en inter-orga ».

De nouvelles barricades ont été installées dans la rue Saint-Denis. On peut y lire « Fin occupation XR ce soir mais suite en inter-orga ».

Les militants chargent leur matériel dans leur camion et se serrent dans les bras.

Les militants chargent leur matériel dans leur camion et se serrent dans les bras.

Des nouveaux tags sont apparus dans le quartier occupé.

Des nouveaux tags sont apparus dans le quartier occupé.

Un militant d’Extinction Rebellion se repose au milieu de bagages sur le boulevard Saint-Denis.

Un militant d’Extinction Rebellion se repose au milieu de bagages sur le boulevard Saint-Denis.

Using Format